Crête, région Rethimnon et La Canée

crete-7

Flâner dans les ruelles de Rethimnon.

D’abord arabe, vénitienne et ottomane, la vieille ville de Rethimnon et son port n’ont rien à envier à La Canée. 

la journée pour se perdre dans le dédale des ruelles, découvrir la mosquée ou le musée archéologique pour les férus d’histoire. Chiner un souvenir ou un produit local dans les nombreuses boutiques. Principalement le cuir et l’huile d’olive, notamment dans la petite rue commerçante Souliou. S’arrêter pour un lunch le long du port Vénitien. Tavernes et restaurants proposent un choix de poissons et fruits de mer. Plus au sud, la grande plage de sable fin pour digérer à l’ombre des palmiers. Tout aussi agréable, la longue promenade qui longe la plage.

Et en soirée, c’est fiesta en plusieurs endroit de la ville mais surtout dans les nombreux bars le long de la promenade de la plage. 

Bref, il y a de quoi faire, pour tout les goûts, tout les budgets.

Moni Arkadi, Monastère.

On quite la côte pour découvrir l’aspect plus rural de l’île. Plus authentique, l’arrière pays se caractérise par des gorges qui offrent des points de vue spectaculaires, des petits village sympas à découvrir et l’incontournable monastère Moni Arkadi, haut lieu de la résistance crétoise face à l’invasion turc. Pour la petite histoire, en 1866, un millier de personnes dont la majorité de femmes et enfants se réfugient dans le monastère. Pensant être à l’abri de l’assaut turc, ils mourront brûlés dans l’incendie volontaire orchestré par les crétois qui préféreront se sacrifier plutôt que se rendre. 

Il n’est pas nécessaire de réserver sa visite mais si vous voulez le calme et moins de monde privilégiez l’ouverture dès 9 heures.

Reprendre la route, s’arrêter pour immortaliser quelques beaux panoramas, on sillonne entre champs d’oliviers, gorges où l’on pratique du rafting et tout au long, en bordure de route ces petites chapelles de tout style. Ce sont, en réalité, de petits oratoires installés et entretenus par des particuliers ayant perdu un proche dans un accident de la route. Mais cela ne nous refroidi pas pour continuer notre chemin jusqu’au petit village de potiers de Margarites.  

Nous traversons l’île, vers la côte sud plus abrupte, les plages sont moins fréquentées pour cause de difficulté d’accès. Sauf celle que nous avons visité car elle est certainement la plus populaire. Je vous la déconseille en pleine saison! mais le côté atypique du lieu vaut le détour. Pour les plus volontaires, elle est accessible à pied, 15 minutes de marche(s) au sens propre comme au figuré. Peu courageux, nous avons pris un taxi-boat au départ de Plaxias, environ 6€. Vous pourrez profiter de cet arrêt pour vous restaurer car pour Palm Beach, il vaut mieux emporter son pique-nique.

La particularité de la baie protégée de Palm Beach, c’est l’arrivée d’une gorge parcourue par une rivière qui se jette dans la mer. Il est donc possible de se baigner dans son eau claire, fraîche et douce.

le charme de la Canée

Nous changeons de département pour cette visite incontournable. Le département de La Canée vaut lui aussi la peine que l’on s’y attarde mais notre temps étant compté nous allons directement à la découverte de la vieille ville avec ses ruelles qui s’étiolent autour du port Vénitien. Il y fait bon se promener, s’y restaurer ou aller chercher un peu de fraîcheur à l’intérieur de ses quelques musées. Un passage dans son marché couvert à la recherche de produits locaux.

Pour se rendre du marché au port on passera inévitablement par la cathédrale orthodoxe.

Nous voilà repartis pour une dernière découverte avant de quitter l’île. Argiroupoli et ses sources bien cachées. Il y a plusieurs possibilités pour découvrir cet endroit. On peut dire que nous avons choisi la plus périlleuse, celle qui nous mène aux sources par un petit sentier pentu et caillouteux.  Plus simple, au départ de la taverne « au vieux moulin » situé au pied du site. Le lieu offre la possibilité de belles randos.

Autrefois Argiroupoli était connue pour ses sources et ses moulins, on y venait de toute la région pour presser les olives ou moudre le grain.